Le Lexus LC Cabriolet résiste à tout… même aux températures extrêmes !

Le Lexus LC Cabriolet résiste à tout… même aux températures extrêmes !

  • Le Lexus LC Cabriolet résiste à 12 heures de gel extrême lors d’un test de qualité pousséOmgevingstemperatuur: -18 °C
  • Le véhicule a été garé dans une chambre frigorifique industrielle avec le toit rabattu, et l’intérieur exposé à une température de -18 °C
  • Le cabriolet a subi un essai sur piste à pleine puissance dès sa sortie de la chambre froide
  • Le test de gel extrême prouve que le Lexus LC Cabriolet peut rouler en toute saison

Température extérieure : -18 °C

Rien de tel qu’une virée en Lexus LC Cabriolet sous un ciel bleu ou un soleil radieux. Cette voiture est toutefois capable de supporter des conditions météorologiques bien plus difficiles, comme l’a prouvé avec brio un test d’endurance particulièrement brutal.

Pour démontrer l’exceptionnelle qualité de son LC Cabriolet, Lexus a décidé d’enfermer un modèle de série dans une chambre frigorifique après en avoir rabattu le toit à quatre couches. L’intérieur du véhicule a ainsi été exposé à une température de -18 °C pendant 12 heures. Mais ce n’est pas tout, puisque le cabriolet a subi un essai sur piste à pleine puissance dès sa sortie du congélateur.

Tout a commencé dans la vaste chambre climatique du Millbrook Proving Ground, un centre de test établi au Royaume-Uni. Cette unité de 468 m3 sert régulièrement à tester l’endurance de divers équipements et véhicules de défense à des températures allant de +85 à -60 °C, et avec jusqu’à 98 % d’humidité relative. Pour la visite du LC Cabriolet, le thermomètre affichait -18 °C : une température suffisamment basse pour faire geler le caoutchouc, et communément utilisée pour évaluer les performances de dégivrage des matériaux. Mais Lexus a décidé d’aller encore plus loin, en vaporisant au préalable de l’eau sur le véhicule pour assurer la formation d’une pellicule de glace.

Greg Fleming, ingénieur sénior responsable du test : « Avec le toit rabattu, les composants intérieurs allaient être mis à rude épreuve – d’ailleurs, je pense que personne n’aurait aimé se trouver au volant par ces conditions. Notre espoir était que le système de climatisation, les sièges chauffants et le volant fonctionnent aussi bien qu’avant. »

Story image

 

Du congélateur à la route

Au terme de ces 12 heures en chambre frigorifique, le cabriolet est passé entre les mains expertes du cascadeur Paul Swift. Son moteur V8 de 457 chevaux a démarré au premier essai, et les écrans et autres cadrans se sont animés comme si de rien n’était.

Paul Swift a en outre rapidement constaté que la fonction Climate Concierge avait elle aussi redémarré au quart de tour. « J’ai senti le volant et le bas de mon siège se réchauffer, tout comme l’air qui sortait des appuie-têtes. Sachant qu’il faisait -18 °C, c’était assez agréable. Je me suis tout de suite senti à l’aise », explique-t-il.

Le cascadeur a ensuite sorti le LC de la chambre frigorifique pour l’emmener sur l’itinéraire vallonné de Millbrook, un parcours d’essai aux allures alpines qui multiplie les virages, les montées et les descentes. Sur cette piste des plus exigeante, le LC Cabriolet a délivré des performances enivrantes à la hauteur de sa classe et de son confort, semant des cristaux de glace dans son sillage.

Paul Swift : « Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais il a démarré dès que j’ai appuyé sur le bouton », se souvient Paul Swift. « C’est une route difficile qui permet de pousser la voiture dans ses retranchements et de ressentir chaque réaction du châssis. Je n’ai eu aucun problème de sous-virage, et le changement de vitesse était fluide, avec une bonne reprise. C’est une super voiture qui fait exactement ce qu’on attend d’elle… même après un passage au congélateur. »

 

 

Ellen De Wilde PR Manager Toyota & Lexus BeLux

 

A propos de Lexus Belgium